Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Ergonomie > Une position assise pas si inoffensive pour votre organisme

Une position assise pas si inoffensive pour votre organisme

Le 16 mai 2018
Une position assise pas si inoffensive pour votre organisme
Au quotidien, nous passons un nombre d’heures considérable en position assise ; au travail, devant l’ordinateur, lorsque nous mangeons, devant la télé, dans les transports… Cette habitude de vie va à l’encontre de ce pour quoi nous sommes faits : le mouvement.

Occupant presque 70 à 80% du temps que nous passons éveillés dans une journée, la position assise est particulièrement néfaste pour l’ensemble de notre système musculo-squelettique. Mais quelles sont dès lors les conséquences d’une position assise prolongée sur notre corps ?

1-      Le cerveau

Les muscles en mouvement envoient du sang frais et de l'oxygène au cerveau ce qui déclenche la libération de différents produits chimiques améliorant la réflexion, la créativité ainsi que l'humeur. En position assise prolongée, tout ralenti, y compris la fonction cérébrale.

 
2-      Le cou et les épaules

Il est courant d'avoir le cou et la tête penchés en avant lorsqu’on travaille sur un ordinateur ou que l’on tient un téléphone contre son oreille. Cela peut occasionner des tensions dans vos vertèbres cervicales ainsi qu'un déséquilibre permanent, qui peuvent entraîner des douleurs dans le cou, les épaules et le dos.

3-      Le dos

En position assise prolongée, le bassin suit un mouvement de bascule vers l’arrière. La courbure lombaire s’efface, entraînant une répartition inégale des pressions. Globalement, la colonne vertébrale ne forme plus qu’un seul arc arrondi, la tête s’abaissant vers l’avant. Les disques intervertébraux sont pincés vers l’avant et étirés à l’arrière. Sur le long terme, la position assise peut être à l’origine de multiples douleurs sur l’ensemble de la colonne vertébrale comme le lumbago ou la hernie discale.

4-      Les organes
  • Cœur : lorsque vous êtes assis, le sang circule plus lentement et les muscles brûlent moins de graisse, ce qui facilite la tâche des acides gras pour obstruer le cœur. Une recherche publiée dans le Journal of the American College of Cardiology a montré que les femmes qui passent au moins 10 heures assises par jour, peuvent présenter un risque bien plus élevé de développer une maladie cardiaque que celles qui ne passent au plus que cinq heures assises par jour.
  • Pancréas : la capacité de votre corps à réagir à l’insuline change après une seule journée de station assise prolongée, ce qui pousse votre pancréas à en produire davantage. Cela peut entraîner un diabète.
  • Cancer du côlon : passer trop de temps assis peut augmenter les risques de cancer du côlon, du sein, et de l’endomètre. Le mécanisme n’est pas bien identifié, mais cela pourrait être dû à une production excessive d'insuline, qui favorise le développement des cellules, ou le fait que des mouvements réguliers stimulent les antioxydants dans votre corps, qui peuvent eux-mêmes éliminer certains radicaux libres potentiellement cancérigènes.
  • Digestion : en position assise, le diaphragme reste bloqué en position haute modifiant la mobilité de la masse abdominale. Ceci provoque des lourdeurs ou des crampes d’estomac, des ballonnements ou constipations.
 
5-      Les jambes
  • Veines variqueuses : la position assise entraine une mauvaise circulation dans les jambes, ce qui peut faire enfler les chevilles, provoquer des veines variqueuses et des caillots sanguins que l’on appelle des thromboses veineuses profondes (TVP).
  • Faiblesse des os : marcher, courir et pratiquer d'autres activités avec mise en charge aide à maintenir des os plus solides et plus denses. Un manque d'activité peut affaiblir les os et même provoquer l’ostéoporose.
  • Les hanches : la mobilité des hanches permet de garder l’équilibre. En raison d’un manque d’étirement, les muscles fléchisseurs de hanche situés sur l’avant de la cuisse deviennent courts limitant la liberté de mouvement ainsi que la longueur des pas. Des études ont par ailleurs montrés qu’une diminution de la mobilité des hanches est très souvent responsable de chutes chez les personnes âgées.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Ergonomie